Vienne
Paris (Bir Hakeim)
Berlin
Bologne (projet)
Toulouse
Odessa
Londres (projet)
Drancy
Paris (le Marais)
Ottawa

Mercredi 31 janvier 2024

Le jury a fait son choix !!

Les rails de la Mémoire par le Studio BLAISING et BORCHARDT

A quelques mètres de la gare de Lyon-Perrache d’où sont partis les trains transportant 6100 juifs de la région Auvergne-Rhône-Alpes, à destination de Drancy et des camps de la mort, l’évocation des convois de déportés voués à la solution finale… Un Mémorial fait de 1.173 mètres de rails symbolisant les 1.173 kilomètres de voies ferrées séparant Lyon d’Auschwitz-Birkenau

Pour prendre connaissance du détail du projet suivre ce lien

Le Progrès de Lyon du 8 mars 2024

Télécharger l'article logo pdf

Le Figaro du 08 février 2024

Télécharger l'article logo pdf

Le Monde du 08 février 2024

Télécharger l'article logo pdf

Le Progrès de Lyon du 31 janvier 2024

Télécharger l'article logo pdf

Décès de Claude Bloch, dernier rescapé lyonnais de la Shoah

Nous vous faisons part, avec une profonde tristesse, du décès de Claude Bloch, dernier rescapé lyonnais de la Shoah, président d’honneur de notre association, décédé subitement le 31 décembre 2023, dans sa quatre-vingt-seizième année

Un authentique passeur de mémoire s’en est allé.

Illustration ci-contre : Claude Bloch dévoilant son matricule de déporté tatoué sur son bras

Commémoration du 79° anniversaire de la libération des camps d’Auschwitz-Birkenau et de Haute Silésie à Lyon 28 janvier 2024

Discours de M. Jean-Claude Nerson, Président Auvergne-Rhône-Alpes de l’amicale des anciens déportés d’Auschwitz-Birkenau et des camps de Haute Silésie.

Cliquer pour accéder au discours

Commémoration du 79° anniversaire de la libération des camps d’Auschwitz-Birkenau de Haute Silésie

Lyon 28 janvier 2024
Discours de M. Jean-Claude Nerson,
Président Auvergne-Rhône-Alpes de l’amicale des anciens déportés d’Auschwitz-Birkenau et des camps de Haute Silésie

79 années se sont déjà écoulées depuis la libération des camps d’Auschwitz-Birkenau et de Haute-Silésie.

79 années où le monde a découvert l’univers concentrationnaire et le sort cauchemardesque que les Nazis avaient réservé à ceux qu’ils considéraient comme des sous hommes : les Juifs.

79 années depuis que quelques soldats soviétiques découvrirent, par hasard, des morts vivants abandonnés dans la neige et un froid glacial.

Ces pauvres hères avaient survécus à toutes les horreurs, aux massacres des leurs, à l’anéantissement de leur civilisation, et pourtant ils étaient encore là, accusateurs, obligeant les témoins de leur présence à raconter ce qu’ils avaient vu.

Ces témoins, quatre jeunes cavaliers de l’Armée rouge, avant-garde égarée d’une formidable coalition alliée, étaient timides, gênés, incrédules devant ces 7000 survivants, malades et décharnés.

Des cadavres avaient été dissimulés à la hâte avant le départ des tortionnaires et l’on pouvait apercevoir, dans des fosses communes laissées à ciel ouvert, les corps de 200 femmes juives, fusillées la veille du départ de la Marche de la Mort.

Le complexe d’Auschwitz-Birkenau était le plus grand ensemble concentrationnaire mis en place par les Nazis, il s’étendait sur 40 Km2, chaque jour des milliers de personnes étaient massacrées pour la seule raison de leur naissance.

L’arrivée dans le camp était la première marche vers une mort certaine,les détenus, battus, dépouillés de leurs vêtements et de leur identité, réduits à n’être qu’un troupeau soumis au bon vouloir d’êtres sanguinaires poussés par une idéologie qui ne laissait aucune place à l’Humanité.

Cette découverte, qui mettait mal à l’aise ces jeunes soviétiques, resta longtemps cachée, les stratèges de Moscou enfermèrent les preuves photographiques ou cinématographiques dans les tiroirs secrets du Kremlin.

Cela se fit sur ordre formel de Staline, lui-même foncièrement antisémite, le fait que Hitler anéantisse les Juifs, ne devait pas beaucoup le déranger.

Ce n’est que quelques mois plus tard que les soviétiques vont ouvrir leurs archives pour dénoncer la barbarie nazie responsable de l’assassinat de centaines de milliers d’anti -fascistes, sans préciser que 90% des victimes l’étaient parce que juives.

C’était la première falsification de l’Histoire, la première tentative de créer une mémoire sélective, quelque part une mémoire officielle.

Elie Wiesel écrivait " se taire est interdit, parler est impossible, je sais que la mémoire est vulnérable, elle s’émiette. Alors comment faire pour tout dire où ne dire que juste ce qu’il faut. "

Ces interrogations d’Elie Wiesel me taraudent depuis ces quelques années où j’ai été élu à la présidence de l’Amicale d’Auschwitz-Birkenau.

Doit –on toujours commémorer et ne pas voir que la situation actuelle est tout aussi préoccupante pour les Juifs, qu’elle l’était à la veille de la seconde guerre mondiale ?

Doit-on toujours se servir des traumatismes du passé pour prôner un « plus jamais ça » illusoire ?

Non, ces exemples n’ont servi à rien, à nouveau le pire est arrivé, et pourtant après que les Américains, contrairement au positionnement soviétique, montrèrent à la face du monde la réalité de l’horreur, une compassion extrême s’empara du Monde civilisé.

Il fallait oublier rapidement ces visions et sur cet amas de cadavres, reconstruire un monde meilleur.

Les grandes puissances qu’étaient les Etats-Unis et l’Empire soviétique se partagèrent les dépouilles des vaincus, chacune, dans sa sphère d’influence, créa son pré carré, la dictature d’une gérontocratie dans le groupe communiste et une vision plus libérale dans le giron américain.

C’était la guerre froide, comme l’on désigna cette période, où les deux grands protagonistes se surveillaient pied à pied, dans un environnement de surarmement.

Un seul fait semblait rapprocher les deux camps, une empathie vis-à-vis du martyrologue des Juifs d’Europe.

Les mémoriaux de la Shoah s’érigeaient un peu partout tant en Europe qu’aux Etats-Unis, au Canada ou en Australie.

Des musées consacrés aux Juifs et au terrible génocide qui venait de les décimer s’ouvraient, à Moscou même, des foules recueillies les fréquentaient avec assiduité.

On aime plaindre cette Communauté martyre, victime expiatoire d’un prétendu péché originel.

Puis tout a de nouveau basculé, les anciens démons ressurgirent, l’antisémitisme véhiculé par de nouvelles idéologies, favorisé par le conflit israélo-palestinien, fit basculer notre société dans la terreur et la haine.

Le passé vient d’être rejoint dans l’horreur par un présent qui augure mal de l’avenir.

Les statistiques du nombre d’actes antisémites sont éloquentes, depuis le pogrom du 7 octobre en Israël, les actes ont été multipliés par 4 dans notre pays.

Ces chiffres sont les mêmes dans toute l’Europe et les Juifs sont de plus en plus nombreux à émigrer en Israël où, malgré les terribles dangers quotidiens, ils se sentent mieux protégés que dans leur pays d’origine.

Les récits des pogroms de la fin du 19ème siècle et du début du siècle dernier, n’ont rien à envier à celui perpétrer en Israël par une foule assoiffée de sang, dirigée par les terroristes du Hamas.

Les cibles sont toujours les mêmes, les réactions de la communauté internationale aussi.
Cela commence par une réaction d’horreur devant les crimes commis, mais 48 heures plus tard on demande aux survivants de se conduire avec modération, malgré la barbarie et la sauvagerie du massacre.

On attend des Juifs, ce que l’on ne demande à personne, une réaction proportionnée ; proportionnée à quoi, à l’assassinat des bébés, au viols de jeunes filles et des femmes,à l’éviscération des femmes enceintes ?

Réfléchissez au crime et vous comprendrez la riposte, les Juifs sont las de devoir expliquer chaque jour, leur droit d’exister.

Mes propos vous paraissent peut-être en inéquation avec la réalité, détrompez vous, les Juifs français, 79 ans après Auschwitz sont à nouveau dans le désarroi.

Je vous demande d’être attentifs à ce mal être qui conduit notre société à la chute vers le néant.

Chute qui s’accompagne le plus souvent par la négation, voire l’effacement de l’être juif, suivit immanquablement par la négation de notre propre nation au profit de théories mondialistes.

La France, Pays des droits de l’Homme,Pays de l’abbé Grégoire et de Condorcet, Pays des 4150 Justes devant les Nations devrait s’élever face aux discours négationnistes ou pour le moins révisionnistes tenus dans certains medias ou même au sein de notre Assemblée Nationale.

Elle aurait du protester lorsque le Tribunal international de justice poursuit Israël pour génocide, c’est une honte pour la justice.

On ne peut accepter une telle inversion des valeurs.

Plus de 240 otages enlevés, en opposition totale aux lois de la guerre,un massacre de 1300 personnes, des attentats meurtriers perpétrés chaque jour, ne sont pas ,aux yeux de cette justice partiale, des motifs suffisants, pour rejeter de telles accusations.

Non, pour plaire à une partie de l’opinion mondiale, il faut mettre sur les Juifs le sceau de l’infamie en les taxant de génocidaires, c’est l’aboutissement du Wokisme, effacer la Shoah.

Regardez autour de vous, les Universités américaines sont les foyers de cette nouvelle doxa : les Juifs sont des Assassins, les terroristes des résistants et des héros.

Certains d’entre eux sont invités d’honneur dans les instances internationales où ils viennent instiller la haine de façon pernicieuse.

J’ai peur, Mesdames et Messieurs, j’ai peur pour l’avenir de nos enfants et de nos petits enfants, j’ai peur pour vos enfants et vos petits enfants.

Pour juguler cette peur, l’Amicale d’Auschwitz –Birkenau, perpétue inlassablement son travail de mémoire,nos grands témoins ont disparus, Benjamin Orenstein il y a deux ans,Claude Bloch, il y a quelques jours, sans eux, il nous faudra rétablir la vérité de l’Histoire.

J’accompagnais, il y a deux mois, plus d’une centaine de jeunes collégiens à Auschwitz et à Birkenau,leurs réactions me donne de l’espoir,leurs lettres émouvantes reçues après ce voyage me réconcilient un peu avec l’Humanité.

Tout n’est pas perdu, la vision d’une éclaircie, comme les premiers rayons du soleil pointant à l’horizon d’une mer déchaînée, permet de comprendre que la seule solution pour faire prendre conscience du danger de la barbarie, c’est de montrer à notre jeunesse les preuves tangibles qu’elle a laissé sur le sol polonais.

L’Amicale d’Auschwitz –Birkenau de la région Auvergne Rhône Alpes maintiendra ce cap qui est sa raison d’être.

Autre espoir que je viens confirmer aujourd’hui, le projet et la réalisation du monument à la Shoah, voulu par notre Amicale il y a plus de 17 ans, défendu bec et ongles par Benjamin Orenstein, repris avec passion par le Procureur Général Viout, que je remercie une fois encore chaleureusement, vient enfin d’être validé.

Je souhaite qu’il puisse être inauguré, l’an prochain à la même époque, afin que la cérémonie des 80 ans de la libération des camps d’Auschwitz et de Haute Silésie devienne le symbole de notre volonté de ne jamais oublier.

Pour que vive la République et que vive la France.

Jean-Claude Nerson

 

Ou télécharger le discours logo pdf

Concours pour un Mémorial de la Shoah à Lyon

Une participation exceptionnelle

La participation au concours a dépassé les prévisions les plus optimistes. Au 31 juillet 2023 (date limite du dépôt des projets), 96 candidatures ont été enregistrées émanant d'artistes ou d'architectes de 25 nationalités : Allemagne (1), Autriche (1), Belgique (1), Canada (1), Chine (2), Corée du Sud (1), Espagne (3), Estonie (2), États-Unis (9), France (52), Géorgie (1), Grèce (1), Hongrie (1), Inde (2), Israël (2), Italie (4), Japon (1), Liban (1), Pays-Bas (2), Portugal (1), Royaume-Uni (4), Suède (1), Suisse (2), Thaïlande (1), Venezuela (1).

Sous l'égide du Conseil d'administration de l'association et après consultation des collectivités locales concernées, pour éventuelles observations techniques, une présélection aboutira à la mi-octobre 2023, à retenir 5 propositions qui seront soumises au choix du jury en vue de la proclamation du nom du lauréat courant janvier 2024.

L'emplacement proposé

Au cœur de la presqu’ile de Lyon

  • Place Carnot, en raison de la centralité du lieu,
  • Place Carnot, en raison de sa proximité avec la gare de Perrache, lieu de départ des convois ferroviaires à destination de Drancy et des camps de la mort
  • Place Carnot qui, demain, depuis ce Mémorial de la Shoah, jusqu’au monument du Veilleur de Pierre, perpétuant le souvenir des martyrs de la Résistance, en passant par la borne de Verdun et la stèle des enfants d’Izieu, formera avec la place Bellecour, au cœur de la cité, un axe mémoriel du sanglant XX° siècle.

Un projet citoyen, clair et transparent :

Implanter, au cœur de la ville de Lyon, un Mémorial en forme d’œuvre d’art significative,
d'une parfaite lisibilité, propre à retenir l’œil du passant et à l'interpeler,
accompagné de cette seule inscription :

EN MÉMOIRE DES SIX MILLIONS DE JUIFS VICTIMES DE LA SHOAH,
DONT UN MILLION ET DEMI D'ENFANTS
(1933 – 1945)
6 100 VENAIENT DE NOTRE RÉGION

Devenez mécène du Mémorial de la Shoah à Lyon !

Comment ?

Vous pouvez effectuer un don en ligne en suivant ce lien ou en établissant un chèque à l'ordre de "Association Mémorial de la Shoah - Lyon"  et en l'adressant à Association Mémorial de la Shoah- Lyon - Centre d'histoire de la Résistance et de la Déportation, 14, avenue Berthelot - 69007 Lyon.

Une attestation de don à destination de l’administration fiscale vous sera adressée.

66% du montant de votre don est déductible de votre déclaration de revenus de l’année (un don de 50 € vous coûtera 17 € ; 100 € vous coûteront 34 €...)

Avec nos vifs remerciements.

L'avancement du projet :

  • 8 septembre 2023 : Présélection des projets par le conseil d'administration de l'association et le président du comité de parrainage

  • 31 juillet 2023 : Clôture officielle du concours (96 projets présentés)
  • 10 février 2023 : Lancement officiel du concours
  • 24 juin 2022 : Accord conjoint du Président de la Métropole et du Maire de Lyon. Télécharger la correspondance logo pdf
  • 21 janvier 2022 : Accord de principe de M. l'architecte des Bâtiments de France. Télécharger la correspondance logo pdf
  • 17 janvier 2022 : Réception d'une lettre du président de la Métropole de Lyon officialisant l'accord de sa collectivité, sous réserve de l'aval de l'architecte des Bâtiments de France. Télécharger la correspondance logo pdf
  • 24 novembre 2021 : A la faveur d’un article publié dans le quotidien régional " Le Progrès", l’association est informée de l’accord de la Métropole de Lyon . Télécharger l'article logo pdf

  • 19 novembre 2021 : Envoi au président de la Métropole de Lyon d’une lettre ouverte co-signée par M.M. Yann Cucherat, Président du Groupe Pour Lyon et Louis Pélaez, Président du Groupe Inventer la Métropole de Demain. Remise de cette lettre à la presse. logo pdf
  • 11 octobre 2021: Correspondance de M. Philippe Cochet au Président de la Métropole de Lyon logo pdf
  • 29 mars 2021 : Rencontre sur les lieux avec M. Christophe Margueron, architecte des Bâtiments de France
  • 11 mars 2021: rencontre du Bureau de l'association avec M. Yves Ben Itah, vice-président de la Métropole de Lyon
  • 24 février 2021 : Transport place Carnot, sur l’emplacement pressenti pour le Mémorial, en présence d’un membre du cabinet du Maire de Lyon et du maire du 2° arrondissement de Lyon
  • 3 février 2021 : Réunion du Conseil d’administration et de l’assemblée générale de l’association
  • 27 novembre 2020 : Rencontre du Bureau et du Conseil d’administration de l’association avec Mme Florence Delaunay, adjoint au maire de Lyon, chargée de la Mémoire
  • 23 novembre 2020, le nouveau maire de Lyon, Grégory DOUCET, officialise son engagement pour l'aboutissement du projet et confirme la contribution de la ville à son financement. Prendre connaissance de la correspondance logo pdf
  • 24 janvier 2020 :  correspondance de M. Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, faisant part de la contribution de sa collectivité à hauteur de 150.000 euros. Prendre connaissance de la correspondance logo pdf
  • 13 septembre 2019 : Conférence de presse du lancement du projet en suivant ce lien